Vivre à Agadir

1 . Accessibilité

Capitale du Sud et premier port de pêche du Maroc, Agadir doit sa renommée à ses plages de sable fin et à ses 300 jours de soleil par an. Elle est à moins d’une une heure de vol des grands centres économiques comme Casablanca et Marrakech, et à moins de trois heures de vol des grandes capitales d’Europe et d’Afrique de l’Ouest.

Baignée par l’océan Atlantique, elle est accessible par mer (le port d’Agadir est l’un des plus actifs du pays), par autoroute, et bénéficie d’une excellente desserte aérienne (aéroport international). Elle est considérée comme un passage obligé pour atteindre autant l’Est que le grand Sud marocains.

La ville est très nettement séparée entre sa zone touristique, concentrée autour de la chaîne d’hôtels sur le front de mer et la marina, et la zone urbaine, qui est une véritable ville, très agréable et de dimension humaine.

2. Climat et douceur de vivre

La douceur de vivre à Agadir tient avant tout à un climat agréable toute l’année. L’ensoleillement moyen y dépasse les huit heures par jour, avec une température moyenne supérieur à 20 °C.

Avec ses larges boulevards fleuris et son architecture d’immeubles blancs, ses nombreux hôtels modernes et ses cafés et restaurants de style européen, Agadir est une ville atypique qui allie le Maroc traditionnel et la cité moderne, active et dynamique, résolument tournée vers l’avenir.
La culture marocaine offre un réel dépaysement… sans l’obstacle de la langue, puisque la majorité des Gadiris est francophone. Les stations de télé et de radio marocaines émettent de nombreuses émissions en langue française et on trouve des journaux et des magazines francophones, européens et africains, dans toutes les grandes villes du Royaume.

S’installer à Agadir est d’autant plus simple pour les non-Marocains que cela n’implique aucun renoncement au confort de vie à l’européenne ou à l’africaine. La richesse géographique de la région permet en effet la pratique de tous les sports: le surf et les sports nautiques sur la côte atlantique, le ski dans la poudreuse du Haut-Atlas, le rafting en plus basse altitude, la randonnée dans les montagnes du Haut-Atlas et de l’Anti-Atlas ou dans des contrées plus désertiques. De plus, la présence de nombreuses communautés issues de pays subsahariens offre une richesse inégalée par l’offre de plusieurs commerces et commodités et de nombreuses manifestations socioculturelles.

3. Sports et loisirs

Avec sa baie et sa côte atlantique s’étendant à l’infini, Agadir et sa région offrent une multitude d’activités aquatiques et marines et accueillent régulièrement des compétitions d’envergure nationale et internationale, entre autres de jet-ski, de surf, de voile et de kite.

Et outre la natation, la plongée, la pêche sportive et les balades en mer, la ville offre plusieurs terrains de sport (dont tout le récent stade d’Adrar), alors que la région immédiate offre aux spéléologues, aux amateurs de nature sauvage et aux plus aventureux des randonnées de montagne, de l’escalade et des visites de parcs nationaux pour l’observation de la faune et de la flore locales.

Les plaisirs et les loisirs urbains ne sont pas en reste. La ville offre de nombreuses manifestations culturelles, des festivals et des musées pour découvrir la culture locale, ainsi qu’une des plus belles corniches du monde, pour la balade mais également pour découvrir les mille et une facettes de la restauration locale et internationale.

4. Activité économique

Agadir possède plus d’un atout pour séduire sur le plan économique. Première station balnéaire du pays et premier port de pêche du Maroc, l’activité commerciale y est également en plein essor avec la transformation et l’exportation d’agrumes et de légumes de la fertile vallée du Souss.

 

C’est ainsi que l’économie de la ville d’Agadir profite principalement du secteur du tourisme et des activités liées à l’hôtellerie et au bien-être. Mais l’agriculture s’est également fortement développée dans la région au cours de la deuxième moitié du 20e siècle. La culture des agrumes et les cultures sous serre, notamment la tomate et les fleurs, ont vu leur surface s’accroître régulièrement ces dernières décennies. Aujourd’hui, la part du Souss dans les exportations marocaines dépasse les 60% pour les agrumes et les primeurs et 90% pour les tomates.

La pêche est un autre poumon économique du Souss et du Sud. Le port de pêche d’Agadir est la base arrière de la flotte hauturière qui sillonne les eaux très poissonneuses du littoral Sud du Maroc. C’est également un centre de stockage, de congélation et de transformation, et une vingtaine de conserveries de poisson offrent de nombreux emplois à la ville d’Agadir.

5. Activité commerciale

La ville d’Agadir allie parfaitement tradition et modernité. En ce sens, elle offre plusieurs galeries commerçantes, des boutiques spécialisées et de grandes enseignes (tels Marjane, Asswak Assalam, Carrefour, Acima, Bricoma et Attacadao), mais également plusieurs souks et marchés traditionnels. C’est le cas notamment de souk El Had, le plus grand souk couvert d’Afrique. Situé au centre de la ville, il s’étend sur une surface de neuf hectares et comprend plusieurs milliers de boutiques rangées par familles de produits et longeant des allées riches en couleurs et en parfums.